Les 4RV

Les 4RV – Refuser, réduire, réutiliser, recycler et valoriser – sont les actions à privilégier lorsque l’on veut réduire son empreinte écologique. Pour une efficacité maximale, les actions doivent être posées dans l’ordre.

Les 4RV - Pyramide

Pour bien comprendre les 4RV, il faut comprendre le cycle de vie des produits. De façon générale, un produit passe par les étapes suivantes :

  1. Extraction des matières premières,
  2. Fabrication du produit,
  3. Utilisation du produit et
  4. Fin de vie.

Entre chacune de ces étapes, on retrouve généralement du Transport.

Je vous recommande la vidéo Story of Stuff (en anglais) ou avec sous-titre français pour plus d’information sur l’empreinte écologique de la production de biens. Le vidéo dure une vingtaine de minute, mais doit être vu une fois dans sa vie. Story of Stuff soulève de nombreux problèmes lié à la consommation de biens: les 4RV font partis de la solution.

Comment ça fonctionne?

Plus on agit tôt dans le cycle de vie du produit, plus l’empreinte écologique est diminué. L’empreinte des étapes subséquentes du cycle sont diminué ou éliminées. C’est pourquoi, lorsque l’on veut améliorer son empreinte écologique, les 4RV  doivent être posées dans l’ordre.Les 4RV - Processus

Refuser

Refuser est l’action la plus importante, mais souvent, la plus difficile à faire. Ne pas acheter un produit évite la production d’un nouveau pour le remplacer. Il n’y a donc pas d’extraction de matière première. Notre empreinte est nulle. Le refus peut aussi s’appliquer sur l’utilisation d’un produit, si cette utilisation a un impact sur l’environnement.

Par contre, cette pratique, bien qu’extrêmement écologique, n’est pas possible pour toutes les sphères de votre vie. Nous avons besoin, minimalement, de nous loger, nous nourrir et de nous habiller.

Réduire

Réduire, même s’il provoque la production d’un produit, a un impact positif en diminuant la quantité totale produite. On peut aussi réduire l’utilisation d’un produit ou réduire la taille d’un produit.

Réutiliser

Réutiliser permet également de diminuer la production d’un produit. L’empreinte écologique du produit sera divisé par le nombre d’utilisation de celui-ci. Personnellement, j’inclus ici Réparer. Réparer un objet permet de continuer la réutilisation ce celui-ci. Lorsque l’on consomme un produit, il est préférable de le choisir réutilisable, même s’il a une empreinte écologique de fabrication un peu plus grande, qu’un produit à usage unique.

Recycler

Recycler arrive à la fin de la vie utile du produit. Le recyclage consiste en la transformation physique du produit afin d’en créer un nouveau. Le recyclage permet d’éliminer ou réduire l’extraction des matières premières, mais consomme de l’énergie pour la transformation. Lorsque l’on consomme un produit, on le préfèrera recyclable à non-recyclable.

Valoriser

Valoriser arrive aussi à la fin de vie utile du produit. La valorisation consiste en la transformation d’une matière en une autre. Il existe différents type de valorisation. Le compostage est une forme de valorisation puisqu’il transforme la matière organique en compost. La valorisation énergétique consiste à brûler la matière pour créer de l’énergie. Enfin, il arrive que la matière soit « valorisée » en servant de recouvrement dans les lieux d’enfouissement techniques (LET), communément appelés dépotoirs. Personnellement, je ne considère pas cela comme de la valorisation, puisqu’avec les 4RV, l’on cherche, entre autres, à éviter que des produits se retrouvent dans les LET.

Les 4RV et une bouteille de bière

Voici un petit exemple portant une bouteille de bière en verre brun. L’exemple porte uniquement sur le verre brun de la bouteille.

  1. Vous pourriez refuser de boire de la bière, puisqu’elle n’est pas essentielle à votre survie. Vous évitez ainsi la production d’une bouteille en verre (et de bière).
  2. Vous pourriez réduire votre consommation de bière. Vous pourriez aussi favoriser les bouteilles de plus gros volume, puisque le ratio bière/verre est plus grand.
  3. Vous pourriez systématiquement rapporter votre bouteille à la consigne, et n’achetez que des bières dans des bouteilles consignées. Les bouteilles « standard » en verre brun sont des bouteilles à remplissages multiples. C’est-à-dire que lorsque vous les rapportez pour recevoir votre argent, elles sont retournées au brasseur. Celui-ci va laver et remplir à nouveau les bouteilles. Une bouteille peut être réutilisée une quinzaine de fois avant d’atteindre sa fin de vie utile. Si elle n’est plus utilisable, le verre est envoyé chez un recycleur.
  4. Vous pourriez mettre la bouteille au recyclage. Le verre peut être recyclé autant de fois qu’on veut. Par contre, dans le recyclage, le verre brun de votre bouteille se retrouvera avec du verre de d’autres couleurs (verre mixte), ce qui lui fait perdre beaucoup de valeur. Selon les données de Recyc-Québec, au cours du mois de mars 2015, seulement 25% du verre mixte a été recyclé.
  5. Vous pourriez décider de valoriser vos bouteilles de bières en vases, verres, chandelles à l’huile ou décoration pour la maison. Sinon, le verre que vous avez mis au recyclage sera probablement valorisé. En mars 2015, la majorité (67%) du verre qui a été déposé dans un bac de recyclage a été valorisé… dans les LET, comme sol de recouvrement. De la recherche est en cours pour la valorisation du verre mixte issu de la collecte sélective. Il peut être utilisé dans les enrobés bitumineux ou le béton.

Comme vous pouvez le constater, les premières étapes demandent un plus gros effort que pour les dernières. C’est aussi elles qui ont un plus gros effet sur la réduction de l’empreinte écologique.

Les 4RV est la base pour la réduction de son empreinte écologique, même si elle n’est pas toujours facile à mettre en pratique. Il est souvent plus simple de commencer à appliquer cette démarche à quelques éléments de notre quotidien à la fois. Alors, par quoi commencerez-vous?

 

 

 


Références

Association des brasseurs du Québec. (2012, mai 16). La consigne: un système primordial dans le développement durable de l’industrie de la bière au Québec. Récupéré sur Association des brasseurs du Québec: http://www.brasseurs.qc.ca/uploads/file/La_consigne_-_un_systeme_primordial_version_publique.pdf

Priggen, E. (Producteur), Leonard, A. (Écrivain), & Fox, L. (Réalisateur). (2007). Story of Stuff [Film]. Étas-Unis. Récupéré sur http://storyofstuff.org/movies/story-of-stuff/

RECYC-QUÉBEC. (2015, décembre 2). Récupération, recyclage et valorisation du verre : le statu quo n’est plus une option. Récupéré sur RECYC-QUÉBEC: https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/haut-de-page/salle-de-presse/archives-presse/2015-recuperation-verre

RECYC-QUÉBEC. (2017). Citoyens. Récupéré sur RECYC-QUÉBEC: https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/citoyens

Tricentris. (s.d.). Le recyclage du verre au Québec, L’apport de Tricentris. Récupéré sur http://www.ecoentreprises.qc.ca: http://www.ecoentreprises.qc.ca/documents/pdf/Forum/TRICENTRIS_recyclage_verre.pdf

2 réflexions sur “Les 4RV

  1. Pingback: Le cordonnier | Une habitude à la fois

  2. Pingback: Le zéro déchet | Une habitude à la fois

Laisser un commentaire