cinq grandes menaces environnementales destruction des écosystèmes espèces exotiques envahissantes surexploitation pollution changements climatiques
Principes environnementaux

Les cinq grandes menaces environnementales

La planète Terre est menacée par nos comportements de plusieurs façons. La perte d’habitat, les espèces exotiques envahissantes, la surexploitation, la pollution et les changements climatiques sont les cinq grandes menaces pour les écosystèmes et la biodiversité. L’empreinte écologique de nos habitudes de vie de retrouvent généralement dans l’une ou plusieurs de ces grandes catégories.

La perte et la dégradation des habitats

La perte et la dégradation des habitats est la menace la plus forte que l’humain pose sur la nature. Près du tiers (30%) des espaces naturels terrestres sont désormais convertis en zones agricoles. C’est sans compter le territoire occupé par les infrastructures (logement, bâtiment industriels, mine, réseau de transport, etc.). L’assèchement des terres dans le but d’y pratiquer l’agriculture ou la construction contribue aussi à la perde d’habitats. Sur les côtes, la construction de logement, le développement industriel ainsi que certains types d’élevage d’animaux et de plantes en milieu marin affectent les milieux naturels.

On peut penser aux basses-terres du Saint-Laurent qui étaient, il y a quelques centaines d’années, complètement boisées.

Espèces exotiques envahissantes

Les espèces exotiques envahissantes (EEE), qu’elles soient animales, végétales ou autres, déséquilibre les écosystèmes en place. Les EEE envahissent un territoire en prenant la place d’une ou plusieurs autres espèces. Elles se multiplient parce qu’elles trouvent leur nouveau milieu de vie favorable à leur croissance et sans ou peu de prédateur.

Au Québec, la moule zébrée, l’agrile du frêne et même le chat domestique sont des EEE animales présentes.

La surexploitation et l’utilisation non durable

La surexploitation est la plus grande pression sur les écosystèmes marins. Entre 1950 et 1990 le volume de pêche a quadruplé, pour, par la suite, diminuer, malgré une augmentation des efforts de pêche. Plus du quart des stocks de poissons marins sont surexploités, épuisé ou en voie de reconstitution et plus de la moitié sont totalement exploités. La surexploitation atteint aussi les animaux terrestres sauvages.

La morue a été surexploitée sur les côtes du Labrador et de Terre-Neuve et dans le golfe Saint-Laurent.

La pollution

Au Québec, la Loi sur la qualité de l’environnement défini un polluant comme « un contaminant ou un mélange de plusieurs contaminants, présent dans l’environnement en concentration ou quantité supérieure au seuil permissible déterminé par règlement du gouvernement ou dont la présence dans l’environnement est prohibée par règlement du gouvernement ». Et qu’est-ce qu’un contaminant? « [U]ne matière solide, liquide ou gazeuse, un micro-organisme, un son, une vibration, un rayonnement, une chaleur, une odeur, une radiation ou toute combinaison de l’un ou l’autre susceptible d’altérer de quelque manière la qualité de l’environnement. » En gros, tout ce qui se retrouve dans l’environnement et qui ne devrait pas y être peut être considéré comme un contaminant. Si une règlementation existe sur un contaminant et que ce dernier ne respecte pas la règlementation, c’est un polluant.

Le smog photochimique, présent les jours chaud, peu humide et très ensoleillé est un type de pollution atmosphérique présent dans les grandes villes.

Les changements climatiques

Les changements climatiques sont une menace de plus en plus importante pour la nature, principalement par l’acidification des océans et la hausse des températures moyennes. Les températures moyennes ont augmentées de 0.74°C depuis l’aire préindustrielle (1750), ce qui est bien modeste par rapport au 2.4°C à 6.4°C prévus d’ici 2100, si des mesures strictes sur les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas adoptées. Les phénomènes météorologiques extrêmes, tel que les inondations et les sécheresses seront de plus en plus fréquents, selon les experts.


J’avoue que cet article sur les cinq grandes menaces environnementales est assez déprimant à lire. Sachez que seules les menaces ont été exposées. Je n’ai pas parlé des solutions pour deux raisons :

  1. Il y en a tellement, que mon article serait beaucoup trop long.
  2. Mon blog porte sur une partie de la solution; les actions que vous et moi pouvons faire dans notre quotidien pour minimiser notre empreinte écologique.

J’espère que j’ai réussi à vous remonter le moral.


Références

Gouvernement du Canada. (2005, novembre 23). Vers une stratégie de rétablissement des stocks de Morue du Golfe du Saint-Laurent – Stratégie de l’équipe de reconstruction de la morue Canada-Québec. Récupéré sur Pêches et océans Canada: http://www.dfo-mpo.gc.ca/fm-gp/initiatives/cod-morue/strategie-qc-fra.htm

Gouvernement du Québec. (2016). Les espèces envahissantes au Québec. Récupéré sur Forêts, Faune et Parc Québec: http://www.mffp.gouv.qc.ca/faune/especes/envahissantes/index.jsp

Loi sur la qualité de l’environnement, c. Q-2.

Olivier, M. (2015). Chimie de l’environnement. Longueuil: Lab Éditions.

Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique. (2010). Perspectives mondiales de la diversité biologique (éd. 3e). Montréal.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :