La liste d’épicerie

Chaque semaine, je m’installe sur ma table de cuisine et je prépare ma liste d’épicerie en même temps que je prévois tous les repas de la semaine. Avec ma petite routine, je ne jette pas de « vieux légumes trop mous » ou de « restants en train de moisir depuis des semaines dans le fond du réfrigérateur ».

En faisant ma liste d’épicerie, je contrôle la nourriture qui rentre chez moi. Je m’assure que chaque aliment acheté sera mangé. Cela me permet de ne gaspiller aucune nourriture (ni d’argent). Dans cet article, je vous présente ma méthode pour réduire le gaspillage alimentaire.

Un peu d’information

Chaque année, un tiers de la nourriture produite pour la consommation humaine ne se rend pas jusqu’à l’assiette. En 2007, ce gaspillage était de 1.6 milliard de tonnes de nourriture. Si le gaspillage alimentaire était un pays, il serait le troisième émetteur mondial de gaz à effet de serre (4.4 milliards de tonnes éq.-CO2), après la Chine et les États-Unis. Pour l’Amérique du Nord et l’Océanie (NA&Oce), composé du Canada, des États-Unis, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, le gaspillage alimentaire représente  une émission de 860 kg éq.-CO2 par personne.

Le gaspillage alimentaire se fait tout le long de la chaîne d’approvisionnement. Cette dernière est composée des étapes suivantes : la production agricole, la récolte, manutention et entreposage, la transformation, la distribution et la consommation. Mondialement, peu importe la région, environ 30% des aliments produits sont perdus lors de la production agricole. Par contre le ratio de perte pour les autres étapes de la chaîne d’approvisionnement varie d’une région à l’autre. Pour le NA&Oce, près de 40% de la nourriture est gaspillée à l’étape de la consommation.

La liste d'épicerie - répartition

Pourquoi est-ce bon pour l’environnement?

Théoriquement, si l’on a bien préparer sa liste, seuls les aliments qui sont sur la liste se retrouvent dans le panier. On refuse d’acheter des aliments superflus dont on n’a pas vraiment besoin. La liste évite aussi de se retrouver avec des achats compulsifs en grosse quantité de produits à rabais, qu’on n’aura pas de temps de préparer.

La méthode proposé permet la réduction du gaspillage alimentaire en s’assurant que tous les aliments et repas de la semaine précédente soient mangés avant de faire l’épicerie. Les seuls aliments mis au compostage sont les retailles de préparation de la nourriture. Le gaspillage alimentaire est donc grandement réduit.

Comment faire?

Je vais vous présenter la méthode que j’utilise pour faire ma liste d’épicerie et prévoir mes repas de la semaine. Vous allez voir, ça prend un peu de discipline, mais une fois l’habitude prise, vous allez sauver du temps et de l’argent, en plus de réduire grandement votre gaspillage alimentaire.

Il faut choisir un moment qui vous convient pour faire la liste d’épicerie et l’épicerie. Idéalement, au même moment chaque semaine. J’ai besoin d’environ 1h à 1h30 (selon l’inspiration) pour faire ma liste d’épicerie et d’une heure pour faire l’épicerie. Avec un jeune enfant à la maison, je ne peux pas être aussi disciplinée que voulu. J’arrive à faire ma liste et l’épicerie entre le samedi matin et la fin d’après-midi le dimanche.

Voici comment je m’y prends :

1. Vérifier s’il reste des repas dans votre réfrigérateur. Samedi matin, après le déjeuner, je m’installe pour faire ma liste d’épicerie. Je vais d’abord voir dans mon réfrigérateur si j’ai des restants (des portions de repas qui n’ont pas été mangés). Je compte quatre restants. Je sais que j’ai un dîner de famille le dimanche à midi. Chez moi, nous sommes deux adultes et un jeune enfant. Mon enfant ne mange pas assez pour que je doive lui prévoir une portion juste pour lui. J’ai donc suffisamment de nourriture pour samedi midi et soir et je n’ai rien à prévoir pour le dimanche midi. Mon prochain repas à prévoir est le dimanche soir.

Je ne prévois aucun nouveau repas tant que les restants de la semaine précédente ne sont pas complètement mangés. Si j’ai beaucoup de portions supplémentaires d’un repas, j’en congèle une partie. Ils servent de repas backup lorsqu’il me manque de restants ou quand je n’ai pas le temps de cuisiner.

2. Vérifier s’il y a des aliments frais à consommer. La semaine dernière, j’avais acheté un paquet de 4 poivrons, mais je n’en ai utilisé que trois. J’avais acheté de la crème à fouetter 35% pour une recette, mais j’en ai utilisé que la moitié. Je note tout ce qui est périssable rapidement et que je n’utilise pas fréquemment. Ces aliments devront être utilisés en priorité dans la prévision des repas de la semaine.

En priorisant les aliments que j’ai déjà dans le réfrigérateur, j’évite de les gaspiller parce qu’ils ont trop vieilli ou moisi. Si l’on achète uniquement ce qu’on a noté sur notre liste d’épicerie, il ne devrait pas avoir beaucoup d’aliments frais à consommer dans votre réfrigérateur.

3. Réfléchir à son horaire. Je vérifie avec mon agenda si des événements prévus peuvent influencer le choix de mon repas. J’ai un rendez-vous le mardi soir, je vais prévoir un repas rapide. Si un événement imprévu se présente, je décale simplement mes repas d’une journée.

4. Prévoir les repas de la semaine et faire sa liste d’épicerie. Je m’installe finalement pour faire ma liste d’épicerie. Sur une feuille, j’écris tous les jours de la semaine, ce sera mon horaire des repas de la semaine. Si je n’ai pas de repas à prévoir une certaine journée, je fais un trait. Je commence à prévoir les repas qui utilisent les aliments frais de la semaine précédente, idéalement en début de semaine. Dès que je me décide sur un repas, je le note à mon horaire des repas de la semaine. J’écris les aliments nécessaires pour le repas sur la liste d’épicerie. Dès que j’ai un doute à savoir si j’en ai dans mon garde-manger ou mon réfrigérateur, je me lève pour aller vérifier. De cette façon, j’évite d’acheter un aliment que je possède déjà.

Où trouver de l’inspiration? Personnellement, je cuisine beaucoup, et je n’aime pas manger toujours la même chose. Je cherche de l’inspiration dans des livres ou magazines de recettes, je regarde ce qu’il y a en rabais dans la circulaire ou je demande à ma famille ce qu’elle a envie de manger. Je me suis tranquillement construit une liste assez grande de recettes que j’aime cuisiner, rapide à faire et qui a bon goût. Alors, lorsqu’on me dit : « Comment tu fais pour savoir ce que tu auras envie de manger d’avance? » Je réponds que, puisque je cuisine uniquement des recettes que j’aime, j’ai toujours envie de les manger. Et si j’ai vraiment envie de manger un repas en particulier, je le prévois pour la semaine suivante.

5. Ajouter les aliments réguliers. Je fais ensuite la tournée dans mon garde-manger et mon réfrigérateur des aliments que j’ai besoin fréquemment de remplacer. Est-ce qu’il me reste assez de pain tranché, de lait, d’huile d’olive, etc.? Comme ces aliments sont consommés rapidement et/ou régulièrement, je veux éviter d’en manquer en plein milieu de la semaine. Je peux en acheter un peu d’avance puisque je sais que l’aliment sera consommé avant d’être périmé.

6. Aller à l’épicerie. Je ne vais à l’épicerie qu’une fois semaine. J’essaie d’y aller lorsqu’il y a le moins de monde possible. Il n’y a pas de bouchon dans les allées et c’est plus rapide à la caisse. Dimanche matin, j’arrive à l’épicerie avec ma liste. J’ai même mon trajet à travers l’épicerie. Lorsque je croise un aliment sur ma liste, je le mets dans mon panier. J’essaie de m’en tenir le plus possible à ma liste.

Disons qu’il y a un gros rabais sur les pâtes : ce n’est pas périssable et j’en manger régulièrement, ça peut valoir la peine d’en acheter même si ce n’est pas sur ma liste. Disons qu’il y a un gros rabais sur les pêches : elles sont déjà un peu poquées, je ne sais pas trop quoi en faire et j’ai une semaine chargée au bureau, je n’en achète pas. Elles vont moisir sur mon comptoir.

Les circulaires des grandes épiceries sont disponibles en ligne, j’aime bien y jeter un coup d’œil en prévoyant mes repas. Ça m’évite de découvrir rendu à l’épicerie que j’ai ratée une aubaine.

7. Préparer les repas comme prévu. Il suffit maintenant de suivre son horaire des repas de la semaine. Puisque tous les aliments ont été mis sur la liste, je n’ai pas de mauvaise surprise en cuisinant. Si un aliment vient à manquer au courant de la semaine, je commence une nouvelle liste d’épicerie pour ne pas l’oublier de l’ajouter. Le vendredi, mon réfrigérateur est presque vide, sauf pour les restants et mes aliments réguliers à conserver au frais.

Le samedi matin suivant, je recommence ma routine.

Voici un petit exemple d’une de mes listes d’épicerie.

La liste d'épicerie - avant.jpg

La liste d'épicerie - après

 

Avec cette méthode, je n’ai pas le stress de me demander ce que je vais manger le soir même. Quand j’arrive chez moi après ma journée de travail, tout est déjà acheté pour préparer mon repas. Je sauve beaucoup de temps. Surtout, je ne gaspille pas de nourriture. Je jette rarement des aliments ou des restants moisis.

Puisque près 40% de la nourriture est gaspillée chez le consommateur, faire sa liste d’épicerie et prévoir ses repas est une bonne habitude à prendre pour réduire son empreinte écologique. Je vous ai présenté la méthode que j’utilise, libre à vous de l’adapter ou de créer la vôtre. L’important, c’est de ne pas gaspiller!

Voici un petit aide-mémoire pour votre prochaine liste d’épicerie.

La liste d'épicerie - aide-mémoire


Références

Food and Agriculture Organization of the United Nations. (2013). Food wastage footprint. Impacts on natural ressources. Récupéré sur Organisation des Nations Unies pour l’alimentation est l’agriculture: http://www.fao.org/documents/card/fr/c/000d4a32-7304-5785-a2f1-f64c6de8e7a2/

Food and Agriculture Organization of the United Nations. (2015). Food Wastage Footprint & Climate Change. Récupéré sur Organisation des Nations Unis pour l’alimentation et l’agriculture: http://www.fao.org/documents/card/fr/c/7338e109-45e8-42da-92f3-ceb8d92002b0/

 

2 réflexions sur “La liste d’épicerie

  1. Pingback: Manger moins de viande | Une habitude à la fois

  2. Pingback: Le réseau des fermiers de famille | Une habitude à la fois

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s