Réduction des déchets – Bilan étape 1

En août 2018, je me suis donné le défi de réduire mes déchets de moitié en un an. Je veux donc passer de 8.0 kg à 4.0 kg de déchets en moyenne par semaine.

Au cours des deux derniers mois, lors de la première étape de réduction, j’ai principalement opté pour un meilleur tri à la maison, en m’assurant que les matières compostables (principalement les papiers mouchoirs) aillent au compost plutôt que dans les déchets.

En compostant mes papiers-mouchoirs, j’ai pu mieux observer le contenu de ma poubelle. Voici trois exemples de déchets qui s’y trouvaient.

Aliments moisis

Je ne suis pas très fière de ceux-ci. Le gaspillage alimentaire est un des plus importants émetteurs de gaz à effet de serre. Le gaspillage se fait de la production à la fin de vie. Dans les pays industrialisés, près de 50% du gaspillage se fait à la maison. Malgré tous mes efforts anti-gaspillage alimentaire, comme faire ma liste d’épicerie et d’éviter d’avoir des fruits et légumes moisis, je me retrouve parfois avec des aliments moisis à jeter. Voici deux exemples.

Oui, j’aurais pu sortir les pommes du sac ou vider mon condiment pour composter au maximum. Mais, j’ai un dégout profond de toute forme de moisissure. J’ai fait un gros effort pour prendre les photos et j’ai mis au plus vite les aliments dans la poubelle.

Amélioration possible :

  1. Continuer à faire une gestion serrée de mon réfrigérateur pour consommer mes aliments avant qu’ils moisissent.
  2. Passer par-dessus mon dégout et composter mes aliments moisis

Plats en styromousse

La styromousse est recyclable, cependant, à cause de son faible poids, son recyclage n’est pas rentable. Malheureusement, la styromousse est encore grandement utilisée dans les supermarchés, la restauration et l’emballage.

La même semaine, j’ai eu un plat pour emporter en styromousse d’un restaurant et des légumes emballés dans une assiette en styromousse.

D’abord, le plat pour emporter du restaurant. Encore une fois, malgré tous mes efforts à bien préparer mes repas de la semaine, il m’arrive parfois que je n’aie pas prévu de repas, je n’ai pas le temps de cuisiner, ou tout simplement pas envie de cuisiner. Alors, il m’arrive d’aller chercher de la nourriture au restaurant. Beaucoup de ceux-ci utilisent encore des plats en styromousse, qui se retrouvent inévitablement dans mes déchets.

Amélioration possible :

  1. Apporter mes propres plats pour les commandes à emporter.
  2. Manger sur place (parfois la vaisselle est lavable, sinon moins volumineuse)

Le deuxième plat en styromousse était un plat dans lequel se trouvaient des aliments (courgettes). Pour une raison qui m’est inconnue, mon épicerie a parfois les courgettes (ou autres légumes) sont en vrac, parfois elles sont emballées. Puisque je prépare ma liste d’épicerie d’avance, c’est seulement une fois rendue à l’épicerie que je vois que l’aliment nécessaire à ma recette est emballé dans de la styromousse. Je me retrouve donc prise à en acheter mon ingrédient pour ma recette avec un plat de styromousse.

Amélioration possible :

  1. Remplacer l’aliment emballé dans de la styromousse par un aliment semblable sans emballage.
  2. Ne pas faire de recettes avec les aliments qui sont souvent emballés dans de la styromousse à mon épicerie.

Enveloppe métallisée

Je n’ai pas trouvé le vrai nom de ce type d’emballage. Je parle ici des emballages à reflets métalliques utilisés pour les barres tendres, les barres de chocolat et les croustilles. Ces emballages ne sont pas recyclables.

Je mange une barre tendre avant d’aller m’entraîner le matin : c’est rapide, pratique et nutritif. Mon garçon mange aussi des déjeuners qui sont emballés.

Amélioration possible :

  1. Cuisiner mes barres tendres/déjeuner maison.
  2. Trouver un aliment équivalent sans emballage ou en emballage recyclable.

Bilan étape 1

Au cours de ma première étape de réduction des déchets, de janvier à mars, je suis passée d’une moyenne de 8.0 kg par semaine à 5.1 kg par semaine.

Non, je ne jetais pas 3 kg de papier mouchoirs par semaine, c’est que mon garçon a commencé à être propre, ce qui a grandement réduit la quantité de couches à la poubelle, donc mes déchets. Une petite partie de la réduction est attribuable à un meilleur tri, mais soyons honnête, ce n’est pas les papiers mouchoirs qui pèsent lourd dans la balance!

Je dois tout de même continuer à faire des efforts pour atteindre mon objectif!

Prochaine étape

Pour la deuxième étape, de mars à juin, je vais m’attaquer aux emballages de plastiques! Certains produits que j’achète de façon récurrente sont vendus dans des emballages des plastiques non recyclables. Je vais tenter de trouver des alternatives à ces produits, ou essayer de les fabriquer moi-même.

Vous lirez probablement quelques articles à ce sujet dans les mois à venir! Prochaine mise à jour : juin, puis la dernière étape.

Laisser un commentaire